Mode milanaise: best of (1)

Prada, Ferragamo, Dolce & Gabbana, Armani… Difficile de citer tous les grands noms qui font la mode en Italie. Si la fashion week de Paris est number one, celle de Milan est également immanquable. En atteste ces créateurs ainsi que tous ceux qui seront présentés dans ce best of. Compte rendu des meilleurs défilés prêt-à-porter printemps/été 2013 à Milan.

Commençons par celle qui s’est hissée parmi les marques les plus prestigieuses et indispensables de la fashion sphère. J’ai nommé Miuccia Prada. La représentation débute avec des modèles dans les gris, anthracites agrémentés de motifs assez simplistes, voire naïfs. Une question se pose: sommes-nous bien dans un défilé spring/summer ? Au vu des coupes, l’inspiration est 100% nipponne. Mais il s’agit plutôt du Japon éprouvé suite au tsunami de 2010. Heureusement, des touches de rouge apparaissent vers la moitié du défilé, et des impressions plus clairement asiatiques s’offrent à nous. Enfin, les tenues se vêtissent de blanc, on respire. Signalons d’une part, les chaussons et sandales de geisha 2.0 rehaussés par des dorés et argentés et d’autre part, les lunettes fleuries (à coup sûr un must have dans quelques mois!). Bon voilà… Un brin de déception?!

Chez Cavalli, de prime abord nous sommes submergés de pantalons et chemisiers blancs taillés façon dentelle. Autant de sobriété de la part de la griffe fait peur, même si cette soudaine fraîcheur est plutôt agréable à regarder. Et puis, tout d’un coup, des verts, jaunes vifs, saumons, turquoises font leur entrée, ainsi que des imprimés léopards, pythons et autres. Ouf, l’esprit Cavalli est bien présent. Suivent des vamps et femmes fatales en total look noir. L’été sera chaud! La marque est dans l’ensemble fidèle à elle-même, les amateurs ne seront pas déçus.

De la dentelle nude qui joue sur la transparence +1, du satin sombre froissé -1. Ces deux éléments pourraient résumer à eux seuls la collection estivale Versace, s’il n’y avait pas des détails forts qui agrémentent les tenues ci et là. Ainsi, au détour d’un modèle on croise la méduse, emblème de la maison, des robes lacées à la Gianni, des morceaux de cuir pour plus de puissance et des tons qui vivifient le défilé au fil de son avancement (orange, bleu ciel, rose, du tie & dye…). L’élément le plus remarqué est sans conteste la paire de sandales gladiateurs qui enlacent pieds et mollets des mannequins. Alerte must have pour l’été prochain.  Mais peut-on encore parler de détails? Au final, la femme Versace reste une séductrice sûre d’elle, pour ne pas dire une « gladiatrice ».

Le défilé Pucci débute par des superpositions de transparences savamment étudiées et une obsession du blanc. La femme est décontractée sans perdre pour autant une once d’élégance. Des imprimés et couleurs apparaissent soudainement comme pour rompre une monotonie et dans le souci de rehausser la lumière immaculée du blanc. On croise des bronzes, des verts pâles, des rouges rosés et enfin du noir parfois agrémenté d’une pointe d’or. De nombreuses pièces sont clairement d’inspiration asiatique tant au niveau des imprimés que des découpes, à l’instar de Prada. Une magnifique collection remplie de fraîcheur et de féminité comme on l’aime!

 

 

Photos (de la gauche vers la droite): Prada, Cavalli, Versace, Pucci      © Imaxtree

 

Commentaires

commentaires

Powered by Facebook Comments

Aurélie F